Jeux d'Histoire du Ponant - club de jeux d'Histoire à Brest

dimanche 8 octobre 2017

Koh Chang

Profitant de l'affaiblissement de la France, la Thaïlande lance une offensive générale contre l'Indochine en octobre 1940. Le Siam souhaite ainsi s'emparer facilement de territoires sous contrôle français qu'il revendique.

Pourtant, la forces coloniales résistent, et contrattaquent en février 1941, mais sans réel succès. Le gouverneur de l’Indochine, l’amiral Jean Decoux, donne alors l’ordre de lancer une attaque maritime et de détruire la Marine ennemie.

 
La flotte française, sous le commandement du capitaine de vaisseau Régis Bérenger comporte le croiseur Lamotte-Picquet, les avisos coloniaux Dumont d'Urville et Amiral Charner, et les deux petits avisos Marne et Tahure.

C'est une force hétéroclite, mais très bien entrainée et extrêmement motivée.







17 janvier 1941, Koh Chang.

La flotte française s'approche par le Sud-Ouest, en haut à droite de la photo.

Un hydravion Loire-130 est parti en reconnaissance.

Le Loire-130 a repéré l'objectif


La flotte thailandaise au mouillage se compose de deux garde-côtes cuirassiers de conception japonaise (le Dhonbury et le Sri Ayuthaya), ainsi que de trois torpilleurs de fabrication italienne (Chonburi, Songhkla et Trad).

Si la flotte est moderne, les équipages sont très peu expérimentés.




L'alerte est donnée, les torpilleurs se dégagent en remontant par le Nord
Le Lamotte-Picquet vient de réduire le Dhonbury au silence...
... mais les redoutables torpilleurs viennent renforcer le Garde-côté cuirassier survivant
Le navire français tente de les repousser
Le Sri Ayuthaya parvient à marquer : le croiseur français est en feu
Les avisos sont encore loin, et le Lamotte-Picquet passe un mauvais moment
Pourtant, les avisos coloniaux font de leur mieux pour rallier la zone de combat
Le Dumont d'Urville est distrait pas un passage de "Corsair 2" ennemis
L'aviso colonial est touché, mais les navires thaïlandais finissent par succomber l'un après l'autre
Son incendie maîtrisé, Le Lamotte-Picquet est à peine gêné par un ultime passage de l'aviation thailandaise

La flotte siamoise est au fond. Malgré cette nette victoire, le Japon va imposer un cessez le feu le 21 janvier 1941. Le 11 mars 1941, un compromis est signé entre la France et la Thaïlande, à l'avantage de cette dernière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire